samedi 8 août 2015

Cardijn à l'honneur à Namur

Trois anciens jocistes et sympathisants du Diocèse de Namur en Belgique vient de lancer une nouvelle initiative pour faire connaître Cardijn.

Jean-Paul Van Steen et Philippe Hanseval sont d’anciens syndicalistes. Lisette Degolla-Mombaers est assistante sociale à la retraite, selon InfoCatho.be.

Lisette Degolla-Mombaers explique: »Trop peu de gens le connaissent encore, mais il faut savoir que ce prêtre a sorti des milliers de travailleurs de leur condition d’esclave. En outre, il a œuvré pour que les femmes soient prises en considération. Notre démarche s’inscrit d’abord dans cette idée de reconnaissance. Avec l’espoir aussi de sensibiliser les jeunes d’aujourd’hui à retrouver le goût de l’action sociale chrétienne. »

Philippe Hanseval poursuit: »Le cardinal Cardijn a éclairé le parcours de tous les jeunes de notre génération. C’était à la fois un homme très concret et mystique. S’il ne fallait retenir qu’une phrase de lui, je citerais celle où il affirme que n’importe quel jeune vaut plus que tout l’or du monde. Et puis n’oublions pas la méthode de révision de vie qu’il a créée : Voir-Juger-Agir. Un concept qui m’a toujours accompagné dans ma mission de délégué syndical. »

Jean-Paul Van Steen insiste quant à lui sur le côté encore très actuel du message de Joseph Cardijn: »Aujourd’hui, des choses ont changé dans le monde du travail, des progrès ont été accomplis depuis les premières réunions jocistes. Mais le capital est toujours bien là et les travailleurs en sont toujours les prisonniers. Il suffit de voir ce qui se passe en Grèce. » Et de poursuivre: »Par notre démarche, nous souhaitons remettre à l’honneur l’image du cardinal Cardijn. Trop de travailleurs, parmi nos contemporains, ont oublié les luttes qui ont fait l’histoire sociale de ces dernières décennies. Mgr Cardijn n’y a pas été étranger. »

Quand Jean-Paul Van Steen (au milieu sur la photo), Philippe Hanseval (gauche) et Lisette Degolla-Mombaers (droite) ont parlé de leur idée à l’abbé Jean Marchand, l’actuel aumônier du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien), celui-ci les a mis en relation avec l’évêque de Namur. Mgr Rémy Vancottem est lui-même fils de sidérurgiste. Il s’est montré très intéressé par la démarche… D’autant que cette année est celle de la diaconie dans son diocèse.

Mgr Vancottem a donc suggéré que la journée d’envoi du 18 octobre prochain à Beauraing fasse écho à l’initiative des trois Namurois. Et pour préparer au mieux cette rencontre, ces derniers lancent un appel: »Nous voudrions entrer en contact avec tous ceux qui, dans le diocèse de Namur, ont connu ou fréquenté le cardinal Cardijn. Leur témoignage est le bienvenu. Que les gens n’hésitent pas à nous interpeller ou à nous mettre sur la piste de personnalités à rencontrer. »

En Flandre aussi, un mouvement s’est créé avec le même objectif de sensibilisation à la personnalité du fondateur de la JOC. Il s’agit de l’association »Vrienden van Kardinaal Cardijn ».

D’autres projets sont encore en préparation, comme une sensibilisation des écoles et des communautés religieuses – particulièrement les communautés féminines – où l’on retrouve pas mal d’anciens jocistes. Le trio namurois voudrait aussi préparer une communication à l’attention des paroisses du diocèse, afin d’encourager les fidèles à prier pour que l’Esprit Saint éclaire la commission de béatification. 

CONTACTS

Philippe Hanseval (+32 081/30.67.14 – philippe-hanseval@skynet.be)
Jean-Paul Van Steen (+32 0477/54.39.50 – bobinneu@gmail.com)
Lisette Degolla-Mombaers (+32 81/21.20.93 – degolla.lisette@gmail.com).

SOURCE

http://info.catho.be/2015/07/29/pour-que-vive-la-memoire-du-cardinal-cardijn/

http://brussels-star.com/2015/08/07/pour-rendre-vivante-la-memoire-du-cardinal-brabancon-josef-cardijn-vlaamsbrabant-schaerbeek-leuven/

vendredi 5 septembre 2014

Journée d'Etudes 'Cardijn et le rayonnement jociste à Vatican II'

Cardijn au ConcileUne journée d'études sur le thème 'Cardijn et le rayonnement jociste à Vatican II' aura lieu à Arras, samedi 13 septembre 2014.

Parmi les intervenants il y aura le théologien belge Walter Jan Ceuppens, chercheurs Stefan Gigacz, Dries Bosschaert, Alfredo Burbano and Eric Mahieu.

Joseph Weber, ancien dirigeant de la JOC Internationale, témoignera de son expérience du travail avec Cardijn pendant et après le Concile.

Cardijn et l'influence jociste à Vatican II: Une enquête

Journée d'Etudes
Organisée par la Communauté Internationale Cardijn

Samedi 13 septembre 2014

Centre Diocésain
103 Rue d'Amiens, 62000 Arras

10 h. 00 - 17 h . 00

Voir tous les détails ici:

http://cardijn-vatican2.blogspot.fr


lundi 1 avril 2013

Le martyre de jocistes Guatemaltèques

Le sociologue François Houtart se souvient de sacrifices de jocistes de Guatemala pendant les années 1960:

Au Guatemala, les révoltes des peuples indigènes furent multiples et particulièrement sanglantes. 
C’est par centaines de milliers que se comptèrent les victimes indigènes dans ce pays, massacrées dans les combats pour la terre et pour l’autonomie, face à des régimes politiques et militaires, tous soutenus par les Etats-Unis, qui, à l’époque, voyaient dans ces luttes le prélude à une soviétisation de l’Amérique centrale. Ils étaient intervenus en 1954, à partir du Honduras, pour renverser le régime du président Arbentz, qui prônait une réforme agraire et des politiques socio-démocrates.

Un mouvement comme la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) implantée parmi les jeunes travailleurs de la ville et de la campagne, avait, dès les années 60, payé un lourd tribut à la lutte sociale, plusieurs de ses dirigeants, que j’avais bien connus, ayant été assassinés.

Lire plus:

http://danactu-resistance.over-blog.com/article-chiapas-les-zapatistes-existent-toujours-retour-sur-l-histoire-et-le-present-du-mouvement-par-fr-116324377.html

vendredi 22 mars 2013

Decès de Nicolas Desboeuf

 Ancien aumônier de la JECI et du MIEC, Nicolas Desboeuf est mort le 17 mars à l'age de 74 ans.



Evêque québecois avec les protestataires

Mgr Pierre-André Fournier de Rimouski, qui préside l'assembléé des évêques catholiques de Québec, est passé une journée de février pour protester une réforme de l'assurance chômage.

Il dit:

"J'étais dimanche dernier dans la Vallée de la Matapédia où j'ai pris un repas à la soupe et au pain avec 175 personnes. Les gens m'ont lancé unanimement leur cri d'inquiétude face à l'avenir de leur territoire. Mardi, j'ai envoyé par courrier rapide une lettre à la ministre Diane Finley avec une pétition signée par un groupe de personnes sur le leadership partagé de notre diocèse lui exprimant un appel au secours [...] et lui disant que je ne pouvais en toute équité rester sourd à la réforme de l'assurance emploi. La pétition dit que cette réforme est un danger indiscutable pour le diocèse de Rimouski", a déclaré le prélat devant une foule de 1500 personnes venues manifester.

Mgr Fournier a aussi présidé la campagne financière de la Fondation JOC en 2012.


Lire plus:

http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/les-regions/201302/27/01-4626091-assurance-emploi-cri-du-coeur-de-lest-du-quebec.php

http://www.lavie.fr/religion/lamatinale/quebec-un-archeveque-aux-cotes-des-travailleurs-01-03-2013-37227_400.php

vendredi 7 septembre 2012

Nouvelles équipes pour la JOCI et la CIJOC

Un indonésien, Ludovicus Mardiyono, a été élu comme président de la JOC Internationale lors de son Conseil International à Accra, Ghana en août. Et cette semaine la Co-ordination internationale de la JOC a élu une française, Amélie Peyrard, à son Conseil International à Birmingham, Royaume Uni.

Stefan Gigacz, président de la Communauté internationale Cardijn a félicité les nouveaux élus.

"Nous espérons travailler de près avec les deux mouvements," Stefan Gigacz dit.

Pour la JOC, Itzak Krampona de la JOC de Namibie était élu comme secrétaire-général tandis que Arlindo Oliveira du Brésil continuera comme trésorier. L'abbé Augustine Ponnaian continuera comme aumônier. 

Lire plus sur le Conseil international de la CIJOC sur Twitter:

https://twitter.com/#!/search/realtime/schoolforlife2012

Photo

http://jocloire.canalblog.com/albums/demarrage_joc_le_2_octobre_2009/photos/44700398-imgp9401.html 

mercredi 30 mai 2012

Pierre Ceyrac n'a jamais oublié 'les autres'

Le missionnaire jésuite français, Pierre Ceyrac, est mort à Chennai, Inde, aujourd'hui à l'age de 98 ans.

Ceux qui ont eu la chance de croiser ce prophète du XXe siècle à Loyola College, la grande université jésuite de Madras où Pierre Ceyrac s’était installé depuis 1952, sont restés frappés par son inlassable bonté, écrit Claire Lesegretain dans La Croix.

« Il ne peut garder la moindre roupie plus de quelques minutes », disait de lui un de ses frères jésuites, habitué à voir la frêle silhouette du P. Ceyrac engloutie sous une nuée d’enfants souriants et de mendiants en haillons à chaque fois qu’il franchissait le portail de l’université. Le vieux jésuite donnait tout ce qu’il avait en poche.

Pierre Ceyrac, né le 4 février 1914 à Meyssac, en Corrèze (France), plus connu sous le nom de Père Ceyrac, était connu notamment pour son engagement auprès des étudiants universitaires en Inde et auprès des populations les plus pauvres.

« Je me rappellerai toujours cette phrase du premier jociste français, » il écrivait beaucoup plus tard.

« Il s’appelait Georges Quiclet ; il avait été formé par le chanoine Cardijn fondateur de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne). C’était en 1936, en plein Front Populaire. Georges visitait régulièrement la caserne de Toulouse où je faisais mon service militaire. Il animait nos réunions. Réunions qui se terminaient toujours par cette petite question qu’il nous posait : « Et les autres ? ». C’est une question grave, essentielle, qui dérange. Et mon frère qui ne croit pas ? Et mon frère qui a faim ?... »

« Nous sommes des êtres pour les autres. C’est tellement important ! Nous sommes des hommes, des femmes pour les autres. Et la grande tristesse de la vie de beaucoup de gens, c’est qu’ils restent fermés sur eux-mêmes »

Père Ceyrac a aussi connu Cardijn lors des visites à l'Inde de ce dernier, dit MJ Ruben, secrétaire-général de la Cardijn Community International.

Le 9 octobre 1937, le jeune jésuite embarque à Marseille pour les Indes britanniques; il va consacrer sa vie à ce pays. Il apprend le tamoul et le sanscrit, à l'université de Madras, devenant le premier diplômé étranger dans ces disciplines. Il enseigne ces langues au Loyola College de Madras.

Fédérant autour de lui un réseau d'étudiants, il crée avec eux en 1969, la ferme de Manamaduraï (au sud du Tamil Nadu) offrant à des milliers de villageois travail et nourriture.

Puis il lance dans les villages aux alentours de cette ferme, l'opération Mille puits pour montrer comment fertiliser les terres incultes. Plus de 250 000 personnes bénéficient de ces aménagements.

Il répond en 1980 à l'appel du Père Arrupe, supérieur général des jésuites, et du service jésuite des réfugiés [JRS] et part comme volontaire à la frontière Cambodge-Thaïlande, accueillir les premiers milliers de réfugiés cambogiens fuyant le régime de Pol Pot. Il met toute son énergie à les écouter et est chargé de l'éducation dans les camps de Site II et de Khao I D.ang. Il y croise les routes de Bernard Kouchner et du professeur Alain Deloche. Il quitte ce travail aux frontières en 1992.

L'"association Père Ceyrac" se crée en 1991.

De retour à Madras (Chennai), il crée le mouvement " les mains ouvertes" : rencontre et accueil d'enfants de familles très pauvres dans des lieux de vie (Singanur, Pellakupam, Paranamkeni, etc.) Au lendemain du séisme du 26 décembre 2004 dans l'océan Indien, il porte secours aux réfugiés et orphelins de cette tragédie.

À plus de 90 ans, il a sillonné la côte sud de l'Inde pour apporter aide et réconfort dans les village de pêcheurs.

SOURCES

Le jésuite missionnaire Pierre Ceyrac est mort (La Croix)

Pierre Ceyrac (jésuite) (Wikipedia.fr)

Et les autres (Pierre Ceyrac, Spiritualité 2000)


Le père Ceyrac (Association Père Ceyrac)